Un monde ouvert

Pour que la création devienne éloquente, vivante, pleine de sens, il faut apprendre son langage. Toute notre existence doit tendre vers ce but : entrer en communication avec un monde ouvert et ses habitants. Des habitants, il y en a partout : dans l’eau, l’air, la terre, le feu, les montagnes, les arbres, le soleil, les étoiles… partout ! Et ils nous saluent, nous font des signes. Mais qui les voit ? Et qui voit que la nature est une substance lumineuse traversée par des rayons dont aucune langue ne peut décrire la beauté et les couleurs ? Pour que ces habitants vous acceptent, pour qu’ils vous secourent et vous soutiennent, préparez-vous à entrer dans ce monde immense avec votre attention, votre compréhension et votre amour. Vous y habitez déjà, vous y marchez, mais vous devez l’ouvrir encore à votre conscience, ôter le voile qui vous empêche de le voir. Si les humains s’obstinent à fermer les yeux sur ce monde subtil, la véritable poésie, la véritable beauté quitteront la terre.

 

Références :

  • Izvor n°242, Aux sources inaltérables de la joie, chap. « Ouvrir les portes du rêve »)